Accueil flèche Nouvelles flèche Questionnaire Alma ma terre: Chan Tep
Leadership féminin
En savoir plus
Formations
Voir les formations
Balados
Voir les balados

Questionnaire Alma ma terre: Chan Tep

Le jeudi 19 février 2015

Je l'ai rencontrée lors d'un power-brunch. Des gens d'affaires, des auteurs, des personalités connues.Des gens que je ne connaissais pas pour la plupart. On fait un tour de table, on se présente. Ce qui aurait pu devenir un genre de concours de qui a fait quoi et quand et avec qui, Chan l'a tout de suite amené ailleurs. Elle a parlé d'elle, de son coeur. Elle n'a pas parlé de son CV ni de ses amis connus, elle a plutôt choisi de se présenter telle qu'elle est. C'est ce qui m'a immédiatement conquise, je savais qu'on allait être amies. Chan est cambodgienne, ne connait pas la date exacte de sa naissance. Elle a traversé la guerre, un cancer, un changement de carrière, elle est amoureuse depuis 15 ans et mère de 2 beaux enfants. Je vous laisse ici la découvrir, par le biais du Questionnaire, Alma ma terre.

Questionnaire Alma ma terre

Nom: Chan Tep

Occupation: Journaliste pigiste… en autres! Sinon, reporter, recherchiste, coordonnatrice, animatrice…

Âge: n/a

Signe astrologique: Inconnu J

3 mots pour me décrire: Sociable, créative et persévérante

3 mots pour décrire comment les autres me perçoivent: Lumineuse, authentique et passionnée

Mon plus grand défi professionnel: Faire ma place comme animatrice et productrice dans les médias.

Mon plus grand défi de femme: Concilier ma vie familiale et mes ambitions professionnelles.

J'aspire à: Me faire davantage confiance et écouter ma petite voix intérieure… qui ne m’a jamais fait défaut jusqu’à présent!

J'aimerais avoir plus de temps pour: Pratiquer un sport de façon régulière (bien dans son corps, bien dans sa peau comme on dit!), nourrir davantage mon sens artistique et créatif, jouer encore davantage avec mes enfants…  

Si je pouvais changer le monde je commencerais parÉradiquer la faim… Quand les besoins de bases sont réglés (selon la pyramide de Maslow), on peut s’élever à des fins de réalisation de soi et d’ouverture à l’autre.

Quand j'étais jeune je rêvais de devenir: Médecin, écrivaine, chanteuse, designer de mode, enseignante, comédienne… Devinez quel est mon fil conducteur ;)

Mon idole d'adolescence: Anne Franck, c’est elle qui m’a inspirée à écrire mon propre journal intime… que je tiens encore à ce jour!

Couleur préférée: Bourgogne… qui tire plus sur le violet que le rouge (c’est la graphiste qui parle!)

Mets préférés: Langouste, huîtres, tous les fruits de mer en général – Est-ce que le Champagne est un plat ?

Même sous la torture, je ne mangerais pas de: Je mange VRAIMENT de tout, croyez-moi! Les asiatiques sont reconnus pour leurs mets plus qu’exotiques J

3 personnes célèbres avec qui j'aimerais partager un repas: Oprah (pour l’inspiration), Mariah Carey (pour sa frivolité) et Céline Dion (pour son professionnalisme)… rien de moins!

La vertu que j'admire le plus chez les autres: L’authenticité, le don de soi... Genre Mère Thérésa J

Ce qui m'irrite, me fait sortir de mes gonds: L’égocentrisme. Les gens qui sont complètement axés sur eux et qui n’ont pas d’écoute.

Ma plus grande réalisation professionnelle: Avoir fait la transition de designer graphique à journaliste-animatrice dans le monde très rough des médias – et c’est encore un work in progress!

Ma plus grande réalisation de femme: Mes 2 filles qui ne me font jamais douter dans mon rôle de maman.

Un regret: J’aurais dû mieux planifier mon changement de carrière en prévoyant (surtout) les aspects financiers au lieu de me jeter tête première sans plan B! Mais bon, on appelle ça avoir du caractère, non?

Une femme qui a eu une grande influence sur ma vie. Comment? Je sais que c’est l’idole de plusieurs mais j’ai grandis en regardant The Oprah Winfrey Show. Son parcours de femme qui ne cadrait dans aucun standard m’a fortement influencée et son implication, son audace et sa convivialité avec les autres continuent de faire leur chemin en moi.

Personnage féminin ou personnalité féminine qui me ressemble: Euh… Oprah?! Hahahah!

Ce qui m'émerveille (joie): Prendre le temps de coiffer mes filles le matin, mettre mes mains dans leurs cheveux soyeux et les voir se trouver belles avec un grand sourire tant à l’intérieur d’elles comme à l’extérieur.

Ce qui m'émeut (tristesse): La pauvreté, les inégalités sociales… L’insouciance des uns envers l’autre. Une vie humaine vaut-elle plus que l’autre?

Si l'argent n'est pas un souci, quel métier j'exercerais, juste pour le plaisir: Ce que je fais présentement. Je vis mon rêve en ce moment et je vais l’atteindre, j’en suis convaincue. C’est-à-dire être productrice et animatrice de télévision, radio, web.

J'ai 1 million à donner pour une cause (une seule) c'est : L’éducation pour les enfants défavorisés, ici ou ailleurs. La liberté passe par le savoir, les connaissances et l’ouverture au monde.

Le bonheur en quelques mots: Ëtre entourée de ceux et celles qu’on aime, avoir la santé physique et mentale, être en mesure de donner… et de recevoir, dans tous les sens de ces termes!

Pour moi l'amour c'est: Le respect mutuel, l’admiration et la complicité que l’on développe avec l’autre. 

Une philosophie ou un dicton qui m'interpelle: « On fait avec ce qu’on a. » Ça vient de Lyne Tremblay, une athlète paralympique que j’ai rencontré l’an dernier dans le cadre de mon travail et dont le parcours, rempli d’épreuves mais raconté avec une simplicité et une bonne humeur contagieuse m’a fortement marqué.

« Ton attitude plus que tes aptitudes te mèneront à ton altitude », traduit de « Your attitude, not your aptitude, will determine your altitude. »

3 femmes que j'admire: Aïe y en a tellement! Toutes les femmes qui font parties de mon quotidien et de mon entourage ont une force en elles (parfois même insoupçonné!) qui m’influencent positivement dans mon parcours de vie. Une qualité que j’admire particulièrement chez les autres est la résilience.

Un bon (ou mauvais) modèle de femme dirigeante que j'ai côtoyé (exemple, nom si désiré)

Une femme dont le leadership m’a impressionné se nomme Danielle Séguin. À l’époque, c’était la directrice du magasin IKEA à Boucherville (mon ancien employeur!). Elle avait du charisme, de l’humour, elle était respectée par ses pairs et donnait l’envie de se dépasser professionnellement. Elle avait même à un moment donné ouvert les portes de sa demeure pour un party d’Halloween entre gérants, ce qui nous a tous permis de mieux se connaître dans un contexte, disons… farfelu! Puis un jour, elle a dit une phrase qui m’a marqué et qui définit présentement mes projets professionnels : « Ce qui me passionne dans mon travail c’est faire la différence dans la vie des gens, même si c’est juste une personne .» Faire la différence et reconnaître la différence, tels sont mes motivations actuelles.

Moi, faire de la politique ....Peut-être un jour. Mais c’est un travail qui demande beaucoup de sacrifices sur le plan personnel mais dont la portée est immense sur la société. La politique, c’est le pouvoir de faire avancer les causes qui nous tiennent à cœur. 

Une femme d'influence c'est: C’est une leader qui a à cœur l’amélioration des vies de ses confrères et de ses consoeurs. C’est une personne qui permet aux autres de grandir et  de s’épanouir tant sur le plan personnel que professionnel.

Un (ou plus) conseil (s) que j'aimerais partager avec la jeune génération de femmes leaders:N’hésitez pas à tendre votre main vers quelqu’un qui en a besoin, faites preuve d’humilité et de générosité envers l’autre. La chaîne de la bonté passe par toutes les petites actions que nous posons envers l’autre afin d’embellir notre monde.

Une championne du monde de mon entourage ou dans l'ombre qui mériterait d'être célébrée:Ma grande sœur Rattana Tep, c’est un peu comme ma mère parce qu’en tant que nouveaux arrivants sans le sou, mes parents travaillaient avec acharnement afin de nous offrir une enfance convenable, alors c’est elle qui s’est occupée en grande partie de moi. C’est une femme douce, courageuse et généreuse et qui, vers la fin quarantaine, est retournée sur les bancs d’école afin de bonifier ses compétences professionnelles en plus de s’occuper de son plus jeune fils qui est autiste. Parfois, on peut regarder les personnes avec des déficiences physiques ou intellectuelles comme des extraterrestres mais elles sont loin d’être un fardeau pour la société, si on prend le temps avec elles, on regarde la vie différemment… C’est ma sœur qui, dans ses gestes les plus naturels, nous le fait ressentir à chaque fois qu’on est en sa présence et qui nous rappelle à quel point la vie est simple et fragile.

 Merci Chan! 



Retour à la liste des nouvelles


Inscrivez-vous à notre infolettre